Souvent perçue comme une démarche esthétique – quoi de plus beau que la nature ! -, une véritable démarche écologique s’est affirmée ces dernières années auprès des architectes adeptes du biomimétisme. Toile d’araignée, aile de libellule, termitière… Tour d’horizon des plus belles réalisations inspirées des formes naturelles !

Nature et architecture autour du monde

Commencée en 1882 et toujours en construction, la Sagrada Familia n’a pas fini de faire parler d’elle. Antoni Gaudi, pionnier du biomimétisme, est à l’origine de ce projet de grande envergure. Soutenue par un ingénieux système de piliers inspiré des ramifications de l’arbre, la nef centrale offre une voûte végétale plus résistante et économe en matériaux.

A Munich, ce sont les insectes plus que le végétal qui inspirent les architectes. C’est au début des années 70 que l’architecte Günther Behnisch a dessiné le stade de Munich, directement inspiré des toiles d’araignées. Pour soutenir les carreaux de verre qui composent le toit, des câbles verticaux sont disposés pour répartir les tensions de manière égale.  

Stade de Munich, directement inspiré des toiles d’araignées.
Cette forme toile d’araignée permet de répartir les tensions de manière égale à travers le toit.

C’est pour la ville de New-York que l’architecte belge Vincent Callebaut a imaginé Dragonfly, une ferme verticale inspirée d’ailes de libellule : deux voiles ultralégers de verre et d’acier reprennent les charges de l’édifice autour desquels s’arque-boutent deux anneaux. L’ensemble forme une architecture qui exploite au maximum l’énergie solaire passive en accumulant l’air chaud l’hiver et en rafraîchissant l’atmosphère par ventilation naturelle l’été.

Le biomimétisme en France

Direction le sud de la France, à Montpellier exactement, où l’architecte japonais Sou Fujimoto et deux architectes parisiens ont imaginé “l’Arbre blanc” : un immeuble de 17 étages aux formes novatrices, dont les très grands balcons sont conçus pour protéger du soleil et du vent, à l’instar des feuilles d’arbres. En limitant les courants d’air, ce design permet aux habitants de l’immeuble de faire des économies d’énergie !

L’architecte japonais Sou Fujimoto et deux architectes parisiens ont imaginé “l’Arbre blanc”
© RSI-Fujimoto-Laisne Roussel-Oxo Architectes

Aux portes de Paris, un nouveau projet de biomimétisme se prépare. Les architectes Brice Chapon et Emeric Lambert abordent l’architecture comme une nouvelle fabrication de l’environnement suburbain. Ils souhaitent transformer une friche située sur un coteau parisien en colline arborée, avec bureaux et commerces. Une géométrie calquée sur celle d’une termitière, qui offrira un système naturel de ventilation et de circulation d’air chaud et froid.

« C’est dans ces constructions innovantes, en symbiose avec la nature, que les urbains de 25 à 35 ans veulent vivre »pense l’architecte Vincent Callebaut

Découvrez Archibien : choisissez l’architecte que vous préférez pour réaliser le projet de vos rêves !
archibien.com

 

[insta-gallery id=”1″]

shares