Le projet sur lequel vous avez préféré travailler, et pourquoi ?

Un concours pour une maîtrise d’ouvrage ambitieuse qui proposait à l’étude un ensemble de logements individuels groupés à Valenciennes.

Nos recherches portaient sur la fabrication de typologies adaptées aux enjeux d’urbanité et de densité des maisons de ville. Il a été très enrichissant d’entreprendre des réflexions. Notamment sur la prise en compte des nouvelles aspirations liées à la flexibilité et à l’évolutivité de l’organisation des logements. Le but est de produire une architecture expressive, où la maîtrise des coûts et l’économie de moyens étaient mises au service de la perpétuité de l’identité du lieu.

Votre lieu de vie rêvé ?

Une maison de ville verticale développée sur une parcelle à la géométrie incongrue, fabriquant une typologie unique. Une maison qui constitue un univers en soi, permettant de trouver une quiétude tout en profitant de l’intensité de la vie urbaine.

Le client idéal pour vous ?

Un client qui parvient à analyser la manière dont il a envie d’habiter. Qu’il se détache des aspirations de ses voisins et des nombreux catalogues de références, afin de définir un projet singulier, à son image. Un client qui a réellement assimilé ce que nous sommes capables de lui apporter. Celui qui n’a pas besoin d’un architecte mais qui a envie d’architecture.

Le meilleur projet qu’on puisse vous demander ?

Tous les programmes et échelles de projet nous captivent. Chaque démarrage d’un sujet nous paraît contenir des complexités inextricables… Mais à mesure que la fabrication du projet progresse, le bâtiment devient l’objet le plus stimulant qui nous ait été confié. Il convoque des réflexions multiples sur le vivre ensemble, la technique, la mise en œuvre et l’économie de la construction jusqu’à ce que le résultat architectural devienne une évidence.

Si j’étais…

 Un matériau :

Marine Puissant : Le Marbre

Il se présente comme un morceau de territoire posé ex-situ dont il donne à voir la richesse au travers de la diversité de ses coloris. Il est ambivalent. Il est adouci et poli pour se dénuder et dévoiler l’ensemble de ses veines tout en apparaissant comme un matériau froid et sévère.

Emmanuel Zemori : Le Béton

Il serait préférable de répondre « les bétons » tant il existe de formulations chimiques permettant au trio (granulats / liants / adjuvants) de se décliner en une infinité de matériaux. Depuis la prouesse technique la plus extrême jusqu’à la finition la plus précise.

Une mise en œuvre qui provoque la même excitation que le développement d’une pellicule photo, où l’on découvre à posteriori les traces et le savoir-faire de l’artisan qui l’a coulé.

Un bâtiment :

M.P. : La Casa da Musica à Porto d’OMA

Comme une étrangeté urbaine, ce bâtiment est un signal dans la ville. Posé comme une sculpture, ce monolithe renferme en son cœur toute la chaleur des œuvres musicales, un brasier dans une coque de béton.

E.Z. : Le Panthéon de Rome

Sa finesse de la compréhension des mathématiques et de la matière qu’il traduit. Il est à la fois le résultat d’une prouesse technique et pourtant d’une simplicité extrême provoquant de puissantes émotions depuis des millénaires.

Quelqu’un de célèbre :

M.P. : David Bowie

Le fantasme de la Rock Star dotée d’une ultra-sensibilité, au charme lunaire. Il s’est s’affranchi des codes et des frontières pour créer sa propre écriture et devenir inclassable.

E.Z. : Jacques Tati

Pour son sens aguerri de l’observation de la vie quotidienne et banale. Pour le surréalisme, la poésie et l’humour avec lesquels il parvient à transformer le réel.

 

➡️ Lisez les autres articles “Portraits d’architectes” !

shares